Gilles Chaygneaud


En 2017, nous sommes allés rendre visite à des collègues italiens et français. A de nombreuses reprises, dans la conversation, il était question de M. Gilles Chaygneaud. Notre curiosité était piquée et elle n’a fait que croître au fur et à mesure que le voyage avançait. Nous n’aspirions qu’à rencontrer M. Chaygneaud en personne.

Le 11 août, nous nous rapprochions du but. En effet, nous nous sommes arrêtés chez Florian Henaux, avant-dernière halte prévue de notre voyage. Comme de bien entendu, la conversation s’orienta tout naturellement sur M. Chaygneaud puisque celui-ci fût le mentor de Florian. Comprenant notre intérêt pour M. Chaygneaud, Florian organisa, en deux temps trois mouvements, une rencontre avec celui-ci. Cet arrêt supplémentaire n’est pas un problème, bien au contraire, c’est un cadeau du ciel, lorsqu’on voyage en voiture. Rendez-vous pris pour le weekend suivant, nous avons opté pour le dimanche.

Le chemin qui mène au paradis

Ce fût une aventure en soi que de trouver l’habitation de M. Chaygneaud … il vit éloigné de tout mais dans un endroit charmant. A peine arrivés, nous faisons connaissance avec son épouse très accueillante. Et pourtant, nous avons débarqués comme un cheveu dans la soupe… un dîner de famille était prévu ! « …monsieur est quelque part dans le jardin avec d’autres visiteurs, allez tout droit puis à gauche, mettez peut-être des bottes …”, nous proposa Mme Chaygneaud et nous voilà autorisés à découvrir le jardin…

Suivant les indications, nous avons cheminé dans un paradis terrestre parmi les arbres. Auparavant, nous avions découvert des nénuphars dans la montagne et maintenant au milieu de la forêt ? Nous allions de surprises en surprises !

Le Paradis

Cet oasis de verdure n’est pas simplement un jardin ou une pépinière de nénuphars, c’est un joyau caché. Même en revoyant nos photos, il est difficile de croire que ce jardin n’a été créé que par un seul homme. Ce jardin est aussi beau que si la nature l’avait façonné … merveilleuse nature plutôt qu’un jardin paysager.

Nous aimerions vous faire découvrir ci-dessous qui est M. Chaygneaud et comment ce magnifique jardin est né.

Le jardin

Gilles Chaygneaud est né à Angoulême, en 1945. Il a fait des études d’ingénieur à Toulouse. Mais, il est avant tout un homme charmant, passionné par la nature et doté d’une très grande persévérance.

C’est vraiment un homme aimable et accueillant car il nous a consacré du temps pour nous expliquer et il nous a même proposé de partager le repas de famille.

Pas besoin de s’étendre pour vous expliquer sa passion pour la nature, on la comprend lorsqu’on voit son jardin… Passion que l’on ressent quel que soit le côté vers lequel notre regard se porte sur son jardin. Les mots de sa femme prennent tout leur sens : « Il est quelque part dans le fond du jardin, comme d’habitude … »

Persévérance, autre qualité de M. Chaygneaud. Sans elle, il n’aurait pu créer cet Eden. Il l’a créé seul, de ses deux mains.

Tout commença par un premier bassin destiné à servir de pataugeoire pour ses enfants, d’allure très différente de ce qu’il a aujourd’hui. Mais à l’époque c’était probablement une magnifique plaine de jeux pour ses enfants.

Sculpture en pierre

Le jardin actuel a été créé en 1998 et était composé principalement d’arbres rares, d’Acer japonais, de séquoias et bien sûr de bambous. A cette époque, M. Chaygneaud possédait une pépinière de bonsaïs. Son intérêt pour les jardins japonais était donc très important. Cet amour et sa passion pour les jardins japonais se manifestent encore par les sculptures en pierre superbement disposées, les éléments en bambou tressé dans tout le jardin…

De cet intérêt pour les jardins japonais, naquit naturellement un attachement et une curiosité pour les étangs. Le paysage de son jardin s’y prêtait à merveille. Après l’aménagement des étangs, s’ensuivit rapidement la passion pour les plantes aquatiques, les nénuphars et bien entendu les lotus. Cette nouvelle passion amena M. Chaygneaud à reléguer au second plan sa première passion, les bonsaïs.

Sculpture en bambou

Ce jardin n’a que 20 ans ! Comment M. Chaygneaud a-t-il réussi à un tel équilibre ? Une telle diversité naturelle ? Surtout en aussi peu de temps … cela me laisse sans voix !

Il dit que “creuser est devenu une forme de méditation active” cela clarifie peut-être certaines choses. Le jardin sec, l’équilibre des pierres est probablement aussi une forme de méditation … Certaines personnes méditent sur un tapis … on devrait plus souvent leur proposer une méditation active, comme le jardinage… le monde serait peut-être plus vert …

En 2006, M. Chaygneaud a acquis une parcelle voisine, mieux exposée au soleil et sur un terrain moins pentu, des conditions idéales pour cultiver plus d’espèces de nénuphars. C’est ainsi que de plus en plus d’étangs ont été creusés et donc que la collection de nénuphars s’est enrichie. Maintenant il y a plus de 150 pieces d’eau.  Depuis, M. Chaygneaud ne souhaite plus étendre sa collection, mais qu’il est toujours enchanté lorsqu’il reçoit une nouveauté !

Abordons maintenant les avantages et les inconvénients de ce type de jardin.

Nénuphars

Le grand avantage de ces étangs naturels en pleine terre est le fait que les plantes peuvent se développer parfaitement. Les espèces les plus fortes s’y développent extrêmement bien. Nymphaea Escarboucle (le tout premier nénuphar acheté par M. Chaygneaud) et Nymphaea Sunny Pink ne sont que deux exemples de nénuphars à la croissance et à la floraison luxuriante. Par contre, un petit nénuphar comme le Nymphaea Helvola, y pousse un peu moins bien que ce qu’il ferait dans une serre par exemple.

Les inconvénients associés à ces types d’étangs sont plus nombreux. L’énorme entretien est une des premières choses qui nous vient à l’esprit; mais monsieur Chaygneaud n’en dit pas un mot. M. Chaygneaud met l’accent sur la pénurie d’eau en été, les plantes envahissantes et les parasites toujours présents. L’eau des étangs est également acide et froide, le sol n’est pas riche en éléments nutritifs et les étangs sont parfois secs pendant de longues périodes. Sans oublier, les coléoptères et les chenilles qui détruisent les feuilles des nénuphars. Mais ces derniers envahissent toutes les pépinières comme vous le savez bien.

Ecrevisses

Mais M. Chaygneaud doit lutter contre un type de vermine que nous ne connaissons pas, à savoir les rats-castors, les sangliers,… probablement beaucoup plus difficile à combattre que les insectes. N’oublions pas de citer les petits homards qui endommagent les plantes, mais nous avons découvert qu’ils font partie du régime alimentaire du propriétaire de la maison, ce qui limite le problème.

Tous ces “inconvénients” font que Florian Henaux aime venir tester ses plantes dans les étangs de M. Chaygneaud. Florian appelle cela son “crash test”. Si ses nénuphars ne meurent pas, c’est qu’ils sont prêts pour résister à tout !

 

 

L’élève « surclasse » son mentor !

Un des étangs

Comme mentionné précédemment, Florian Henaux et Gilles Chaygneaud ont un lien très particulier. Nous lui avons demandé comment cette relation avait débuté:

“J’ai rencontré Florian en 2009, lorsque j’ai recherché des membres français via la liste des membres du WGI. Je cherchais quelqu’un avec qui échanger des plantes. Florian n’avait alors qu’un étang depuis 2 ans. Nous avons beaucoup échangé à ce moment-là puisque j’étais éleveur depuis environ 4 à 5 ans, je lui ai transmis le virus.

Entre autres choses, je lui ai montré comment je fécondais des nénuphars à l’aide d’une plume, comment il devait préserver les semences et comment il pouvait faire pousser de jeunes plantes dans un environnement fermé. Très vite, l’élève a dépassé le maître et je suis très fier d’avoir été autorisé à cultiver certains de ses ISG’s.

Je ne suis jamais allé chez Florian, mais il vient tous les ans me voir accompagné d’amis fantastiques. Il est aussi mon éleveur préféré. “

Etang

Nous pensons que Florian Henaux ne peut pas obtenir un meilleur compliment lorsque votre mentor vous appelle son éleveur préféré … nous pensons que Florian lira ceci en rougissant les joues.

Le respect mutuel est donc immense. Cela se traduit, entre autres choses, par le fait que Florian a nommé une variété du nom Gilles Chaygneaud.

Mais encore plus sur la façon dont Florian parle de son mentor … « Il m’est difficile de décrire en quelques mots ce que Gilles signifie pour moi. Tout d’abord, il est un ami. Même s’il vit loin et que nous ne nous voyons pas beaucoup, c’est un plaisir de lui rendre visite à chaque fois. La plupart des gens y vont pour voir ses beaux étangs et ses plantes, moi, je vais surtout pour lui. J’aime passer du temps avec lui, discuter de son jardin, de ses plantes, de la vermine, des parasites … Les sujets dont nous pouvons parler sont nombreux, j’écoute surtout, car il a tant à raconter.

Nymphaea Gilles Chaygneaud
Nymphaea Gilles Chaygneaud

Deuxièmement, il est mon mentor. Il a tellement d’expérience en matière de nénuphars, comment les cultiver, les identifier, … Et bien sûr, c’est lui qui m’a initié au monde du « croisement ». Je lui en serai éternellement reconnaissant, ce monde est tellement fascinant et stimulant. Il est le seul éleveur en France, il n’y a qu’avec lui que je peux en parler. De plus, j’utilise certaines de ses variétés pour faire l’expérience de mes propres croisements. Le Nymphaea Dahlia est la base de presque toutes mes variétés à fleurs doubles. Son travail est tout aussi important que celui de Slocum ou de Marliac dans l’ADN de mes variétés. Et je sais bien que sans eux, je n’aurais jamais pu créer mes variétés préférées.

Gilles Chaygneaud & Florian Henaux

C’est en fait un jardinier fantastique dont j’admire la philosophie. Bien que j’ai un don pour cultiver de nouvelles variétés, il est le maître dans ce qui concerne : la culture des nénuphars, des bonsaïs, des bambous,… Il a la main verte dont je ne peux que rêver. C’est merveilleux qu’à l’âge de 70 ans, il puisse encore creuser ses étangs à la main. Son jardin témoigne d’une beauté et d’une harmonie impressionnantes. C’est un homme qui ne veut pas conquérir la nature, mais qui a trouvé sa place dans la nature. “

Comme vous pouvez le voir sur les photos, M. Chaygneaud a principalement des nénuphars roses et rouges. Ce n’est pas un choix délibéré, mais M. Chaygneaud soupçonne que les nénuphars blanc et jaune ne poussent pas bien, pour la raison suivante, l’acidité de l’eau.

Ce jardin ne se limite pas à quelques étangs couverts de nénuphars, ce jardin est une promenade dans une magnifique nature, où vous pourriez vous perdre et presque espérer de ne jamais retrouver son chemin.

Ses favoris :

Nymphéas : «  Les nénuphars parfaits n’existent pas pour moi, leur différence est ce qui leur rend si beaux. Un nénuphar est une réussite lorsqu’il se distingue comme: Nymphaea Hidden Violet, Nymphaea Perry’s Orange Sunset, Nymphaea White 1000 Petals

Pépinières : Santonine de Crhistine Verneuil, Jardins de Neptune de Patrick Charlé

Jardins: Latour-Marliac

Éleveur: Florian, mon numéro 1 sans discussion et en 2ème position, Dr. Rober Kirk Strawn

Ses propres variétés :

Gilles a créé quelques hybrides, qu’il a tous nommés d’après les membres de sa famille. Heureusement que sa famille est grande et sa collection aussi.

Nymphaea Alice
Nymphaea Alice

Nymphaea Anne
Nymphaea Anne

Nymphaea Anouk
Nymphaea Anouk

Nymphaea Claire
Nymphaea Claire

Nymphaea Dhalia
Nymphaea Dhalia

Nymphaea Emile
Nymphaea Emile

Nymphaea Fuschia
Nymphaea Fuschia

Nymphaea Géant Rose
Nymphaea Géant Rose

Nymphaea Jacob
Nymphaea Jacob

Nymphaea Liv
Nymphaea Liv

Nymphaea Mam
Nymphaea Mam

Nymphaea Pierre
Nymphaea Pierre

Nymphaea Punk
Nymphaea Punk

Nymphaea Reine du Clos
Nymphaea Reine du Clos

Nymphaea Santonine
Nymphaea Santonine

Nymphaea Striata
Nymphaea Striata

Nymphaea Vieux Rouge
Nymphaea Vieux Rouge

Nymphaea Vincent
Nymphaea Vincent

Nymphaea Xavier
Nymphaea Xavier

Nymphaea Zia
Nymphaea Zia

Plus de photos peuvent être consultés ici.